Simon GRAICHY


Théâtre des Champs Elysées - 25 mai 2021 - 19h

Programme

Bach-Liszt  Prélude et fugue en la mineur pour orgue
Gottschalk  Morte ! (Nocturne pour piano), Manchega (Etude de concert), Souvenir de Porto Rico
Liszt  Danse sacrée et duetto final d’Aïda de Verdi
Villa-Lobos Tristorosa (Valse sentimentale pour piano), Festa No Serta (Ciclo Brasileiro)
Liszt  Réminiscences de Don Juan (paraphrase sur Don Giovanni de Mozart)

Voici un programme mêlant talent, audace, sensibilité et endurance à l’image de son interprète. Il proposera entre autres une transcription du célébrissime prélude et fugue en la mineur de Bach par Liszt, une paraphrase que lui inspira l’opéra Don Giovanni de Mozart et les couleurs populaires brésiliennes de Villa-Lobos. Une nouvelle et jolie démonstration de prouesses techniques et de curiosité musicale qui caractérisent cet interprète attachant.

Michel Dalberto


Théâtre des Champs Elysées - 24 mai 2021 - 19h

Programme

IL ETAIT UNE FOIS LA NEUVIEME
Beethoven  Sonate op 102 n° 2:  (Allegro con brio)
Sonate op 5 n° 2 (Allegro molto piu tosto presto).
Marche Funèbre extrait de la Symphonie « Eroic »
Sonate « Clair de Lune » (Adagio sostenuto)
Sonate op 69 n° 3 (adagio cantabile et Allegro vivace)
Sonate op 102 n°1 (Andante et Allegro vivace)
Sonate op 102 n°2 (Adagio con molto sentimento d’affetto)
Symphonie n° 9: Hymne à la joie et coda

« Chez la plupart des artistes, le ou les chefs-d’œuvre arrivent sans prévenir, à un moment ou un autre de leurs vies, par surprise, quand on ne les attend pas, ou plus. Rimbaud, tout jeune, avant le silence. Le Guépard pour Lampedusa, passé la soixantaine sans avoir rien écrit avant. Le Boléro, ovni chez Ravel... Pour d’autres, beaucoup plus rares, l’existence semble une lente montée, une élévation. Tout se passe comme si chaque œuvre préparait la suivante et que chacune avançait, jusqu’à parvenir à l’indépassable, l’ultime chant, celui du cygne, le plus beau en même temps que le plus complet.

Avec son Requiem, Mozart illustre peut-être ce bouleversant mouvement vers le haut. Mais c’est Beethoven et sa Neuvième symphonie qui l’incarnent. Voici donc l’histoire de la Neuvième, la plus célèbre de toutes les symphonies. Voici l’histoire d’un génie, le plus fort et le plus fragile, le plus humain de tous les hommes. Et voici l’histoire d’un rêve d’Europe, le plus nécessaire de tous les rêves» Erik Orsenna.



Alexandre Tharaud


Le 407 arrive !

Siemensvilla Berlin